Dark Mountain: Issue 14 – TERRA

Posted by in Uncategorized

Ce livre dresse la carte d’un monde en pleine mutation. Alors que l’élévation du niveau de la mer modifie les contours des continents, que les îles, les forêts et les calottes glaciaires disparaissent, que les déserts et les bordures urbaines s’étendent, que les repères connus depuis des millénaires sont littéralement rayés de la carte (et que de nouveaux repères prennent leur place), comment s’orienter et s’y retrouver ? Comment trouver la permanence quand la terre se déplace sous nos pieds ?
Les terres que nous habitons et les frontières qui nous entourent ont toujours éclairé nos perspectives sur le monde en général. Les premiers explorateurs qui ont fait des voyages difficiles pour résoudre les espaces  » vides  » à la périphérie de leurs cartes et sécuriser de nouveaux mondes pour leurs empires, ont inévitablement croisé des gens pour qui ces limites étaient un repère central connu. Une carte n’est jamais neutre. Des premiers atlas, dont les marges sont ornées de sirènes ou de monstres, aux images aériennes capturées par des drones, la cartographie suscite la controverse et la curiosité. Lorsque les plus hauts sommets et les profondeurs de l’océan sont tracés jusqu’à leurs derniers contours, ne laissant aucune zone de la planète inconnue, la nouvelle horreur vacante à l’horizon est l’avenir. La monoculture d’entreprise d’aujourd’hui – tirée par les combustibles fossiles, l’extraction et l’agriculture industrielle – est en train d’amorcer une nouvelle conquête et de pousser sa propriété au plus profond de la Terre. Les crises en cours exigent que nous redessinions nos cartes et que nous nous approchions du terrain qui nous attend en empruntant une autre voie.

Notre point de départ pour ce livre a été l’appel lancé dans le manifeste de la Montagne Noire pour célébrer le travail enraciné dans le temps et le lieu. Mais comment un tel enracinement est-il possible à une époque hypermobiliste, où les traînées de vapeur tracent de nouvelles pistes dans le ciel – et dans un contexte de migration massive causée par la guerre, la répression politique et l’effondrement du climat ? Comment célébrer l’appartenance alors que le méchant nativisme prend de l’ampleur à travers le monde, transformant un amour de la terre en exclusion et en division ? Pouvons-nous, en tant qu’invités et visiteurs, vraiment apprendre des autres pays lorsque les cultures et les écosystèmes sont conditionnés et transformés en marchandises pour répondre aux demandes insatiables de l’industrie touristique ? Dans une monoculture mondiale, alors que les différences sont aplanies par les médias et le consumérisme, comment sauver notre charactère indigène ? Quels coins de la terre revendiquent la fidélité de nos cœurs ?

En cherchant des réponses à ces questions, nous nous sommes retrouvés sur les traces non seulement des humains – voyageurs, migrants, pèlerins et réfugiés – mais aussi des anguilles et des rennes, des mitochondries et des microfibres. Le voyage de TERRA commence et se termine dans le feu, avec une histoire sur la création en Indonésie et une autre sur la fin des temps au Guatemala. Entre les deux, nous traversons les frontières et les plateaux volcaniques, les vallées d’ardoise et les villes africaines, les glaciers islandais et la toundra arctique russe. Nous nous tenons près d’oliviers en Palestine et d’arbres de rue menacés à Delhi, nous nous installons dans un vieux moulin à Cumbria et dans un tipi sur un site de protestation pétrolière dans le Dakota du Nord alors que la neige tombe. Nous grimpons des montagnes orageuses au Japon, traversons les océans Atlantique et Indien, quittons Damas et Londres, arrivons à Pékin et à Berlin, nous nous perdons dans l’arrière-pays australien, nous nous retrouvons dans une ferme au Canada, descendons pieds nus des arroyos au Nouveau Mexique, dormons dans un camion en Ethiopie et sous les étoiles dans les Highlands d’Ecosse. Les récits que vous rencontrerez dans ce livre ne sont pas des abstractions sans place ou une philosophie de fauteuil, mais un recueil du terrain, racontant de nombreuses histoires différentes de diaspora et de descendance.

Comme l’écrit Raimundo Günen à propos des autoroutes’inca’ : Si tous les chemins mènent à Rome, ce n’est pas seulement parce que Rome s’approprie tous les chemins, mais parce qu’elle bloque les chemins qui pourraient nous mener à d’autres endroits. Les périodes d’effondrement peuvent révéler des souvenirs plus profonds de terres qui préexistent aux civilisations qui leur ont été imposées. Pour refléter cela, la carte qui accompagne ce livre montre d’autres façons de naviguer en terra. Du transit de minuscules formes de vie autour de la planète à la marche d’une personne pour se rendre au travail, les cartes individuelles tracent de nouvelles routes sur terre et sur mer. Après avoir photographié une si grande partie du globe en couleurs saturées, avec des vues virtuelles présentées comme des destinations trophées, nous avons décidé d’illustrer le livre uniquement en noir et blanc. Nous voulions nous approcher de près, pour saisir le véritable tissu physique des lieux : les mains qui chérissent les rochers du Montana ou l’herbe tressée de Wexford ; la beauté d’une école abandonnée du Wisconsin ; l’importance d’un pâle dans le monde sud-africain du voile. Il s’agissait de trouver quelque chose de plus calme et de plus lent, de trouver, sous le vagabondage des populations et les vents du changement, les os forts de la planète, sa forme ancestrale.

Ces pages ont été rassemblées par Nancy Campbell, Charlotte Du Cann et Nick Hunt, rédacteurs en chef de Dark Mountain qui sont aussi des écrivains en transit : un poète résident dans un musée arctique et lauréat des canaux et voies navigables britanniques, un autre qui a abandonné une maison de ville et une carrière pour une vie sur la route en Amérique, un autre qui a marché à travers l’Europe sur les chemins invisibles des quatre vents nommés. Nous avons travaillé avec trois  » scouts  » – Akshay Ahuja dans l’Ohio, USA, Sarah Thomas dans le nord de l’Angleterre, Daniel Nakanishi-Chalwin dans la préfecture de Nara, Japon – qui ont élargi notre portée géographique et cherché des voix de parties du monde que notre appel à propositions original n’aurait peut-être pas atteint. Ensemble, nous vous présentons plus de 60 écrivains et artistes, avec des histoires et des images des six continents. Nous ne sommes pas des cartographes conquistadors, mais des porteurs de petits dépêches. Nous sommes des voyageurs qui se rencontrent dans des temps troublés, qui échangent des histoires pour pouvoir naviguer sur cette nouvelle et ancienne terre et savoir que nous ne sommes pas seuls face à l’avenir.

Que vous lisiez ce livre à la maison ou à flanc de montagne, que vous le preniez en bus ou que vous le mettiez dans votre sac à dos en marchant, nous espérons qu’il sera un bon compagnon de voyage. Quand votre voyage ensemble sera terminé, n’oubliez pas de le transmettre.

– Les rédacteurs en chef

Leave a Reply